#YaakoWaxoon #Saison1Épisode12 : Quand Macky Sall disait qu’il ne va pas gaspiller l’argent du peuple sur des choses futiles

0

#YaakoWaxoon #Saison1Épisode12 Nous sommes à 48 semaines de la Présidentielle. Nous vous proposons la vidéo où le Président Macky Sall pour être bref sautait du Coq à l’âne. Écoutons le ensemble. Il parlait de TOUT et aujourd’hui on voit RIEN.

Il nous avait promis une gouvernance sobre et vertueuse. D’où le slogan ‘’La patrie avant le parti’’. Peut-on parler de sobriété avec un Etat qui valorise le clientélisme politique. Les sénégalais se demandent encore l’utilité des HCCT (Haut conseil des collectivités territoriales) dont 6,5 milliards circulent par année entre les mains de Ousmane Tanor Dieng pour juste le contrôle de sa troupe au moment où des millions de Sénégalais vivent dans l’extrême pauvreté. La CNDT (Commission nationale du dialogue des territoires) confiait au feu Djibo Ka qui avait un budget annuel de 400 millions F CFA. Le HCDS (haut conseil du dialogue social) confié à Innocence Ntap Ndiaye qui circule avec un budget annuel de 300 à 400 millions.

Le candidat Macky Sall avait promis de réduire le budget présidentiel qu’il jugeait inconcevable pour un pays comme le nôtre. Le budget qu’il dénonçait sous Wade était fixé à 1.100.000.000. Pour 2018 Le Président Sall a décidé de fixer sa dépense de personnels à 9.162.719.080.

Il avait promis un Etat de droit alors qu’au même moment il déclare couvrir certains dossiers des transhumants devant la justice. Nous nous souvenons encore de ‘’Awa Koudou Ndiaye’’, mais aussi Me Ousmane Ngom qui est apparu dans une délégation présidentielle alors qu’il était interdit de sortir du territoire. Ce qui laisse entendre une justice sélective dans ce pays. Il tire sur une force qui lui est confié pour neutraliser et exiler ses adversaires.

Nous voulons enfin alerter les Sénégalais de prendre conscience que ce dictateur cherche à donner l’avenir de notre pays aux étrangers. Depuis combien de temps n’avez-vous pas entendu un appel d’offres ? Il bafoue les règles pour imposer le gré à gré en enrichissant les entreprises étrangères, car ils ont été ses souteneurs pendant l’élection présidentielle de 2012.