« Saï Saï  » , Expansion d’expression ou déformation de sens ?

0

Je me rappelle tout jeune quand je faisais des bêtises grand-mère me disait  » Serigne Mbaye yay saï saï « . Je ne comprenais pas l’expression et d’ailleurs je ne la comprends pas jusqu’à présent. Mais j’éprouvais du plaisir quand on me traitait de « saï saï  » car c’était pour moi un moyen de prouver que j’étais rusé que j’arrivais à duper les autres.

Je commençais à avoir une idée sur l’expression quand j’ai entendu Omar Pène dire dans une de ses belles chansons: « wadji fekma ma takhaw mounima nop nala ndékété yo saï saï leu ». Pour ainsi dire que Omar Péne voulais faire comprendre que le gars est un trompeur.

Et en plus entre copains ou copines on se plaisait de taquiner quelqu’un qui avait réussi à faire une prouesse surtout avec les garçons ( boys yay saï saï deh, fo diar). Mais que se passe-t-il avec cette expression qui jadis servait à taquiner ?  A-t-elle subi une expansion ?  Ou bien l’a-t-on déformée de son sens premier ?

Ce que les gens oublient souvent est qu’en politique on peut être un « saï saï ». Vu sous un autre angle contraire à celui des vaillants rappeurs de Keur Gui on pourrait dire sans risque de vexer que Macky est un  » saï saï  » politique. Il suffit tout simplement de regarder tous les gros noms de la sphère politique qu’il a réussi à faire taire. Peut-être c’est la puissance de l’appareil étatique mais je suis sûr que parmi ces transhumants il y en a beaucoup qui sont tombés sous les mailles de Macky. Deux exemples seulement peuvent étayer ces propos Moussa Sy et Abdoulaye Baldé. C’est vrai qu’ils ont trahi leur monde mais si l’on jette un regard en arrière même furtif ( les dossiers de l’OCI) on saura que c’est le ralliement avec point de presse ou la prison comme Khalifa Sall ou l’exil comme Karim Wade.

Donc dans ces contextes où la contrainte est la seule solution qui peut nier que Macky n’est pas un « saï saï » politique ? Saï saï dans le sens de rusé, de malin car quoiqu’on puisse dire Macky est toujours dans sa logique de réduire l’opposition dans sa plus petite et simple expression. Le PS est en lambeaux, L’AFP n’existe plus, l’avenir du PDS reste une grande équation même si le deal pour 2022 existe toujours. Le  » saï saï  » politique est passé par là.

Cependant sa ruse de détruire cette opposition traditionnelle à engendré l’émergence de partis plus redoutables si l’on sait que ces nouveaux partis défendent une nouvelle vision de la politique et que la population commence à adhérer à leurs causes. Il s’agit du PUR et du PASTEF. Attendons de voir si la ruse de Macky fera barrage. Mais une chose est sûre on ne peut pas arrêter la mer qui avance avec ses deux bras même étant « saï saï » politique.

 

Khalifa Ababacar NDIAYE,  chroni♥

Professeurndiaye@gmail.com