Rien que la vérité sur les candidatures de Khalifa Sall et Karim Wade

0
JE VOUS DIS LA VÉRITÉ, RIEN QUE LA VÉRITÉ SUR LES CANDIDATURES COROLAIRES DE KHALIFA SALL ET KARIM WADE
 
Le nouveau code électoral, étant voté après l’inscription de Wade-fils sur la liste électorale, ne peut être un prétexte pour annuler sa candidature. Karim Wade s’est inscrit avant le vote ainsi que la promulgation de la loi sur le code électoral. Khalifa Sall est déjà sur la liste électorale en tant que maire élu député suite à sa candidature qui avait déjà pour condition d’être sur la liste électorale.
 
La DGE ou la CENA disposent-t-elles d’un pouvoir ou du moins un Droit dans le code électoral qui leur permettrait de #Rayer un inscrit sur la liste électoral ou même de #Refuser d’inscrire un citoyen sénégalais qui fait la démarche ?! Non ! Il n’y aucune disposition du code électoral ou du code pénal qui puisse leur permettre cela donc il faut porter PLAINTE contre la DGE qui s’est “FICHA” (comme diraient les jeunes) pour cette sale besogne ! Et même s’il était notifié à un citoyen lambda une peine d’inéligibilité, ce citoyen a le Droit de Voter et donc d’être sur les listes électorales. Au cas contraire, on lui prive au moins d’un Droit Humain fondamental dans une république, celui de Voter pour élire comme tout citoyen déjà condamné ou jamais ! Ce qui veut dire que la modification du Code électoral procédé récemment courant Juin 2018 (sur fond de Faux et Usage de faux et blocage à l’accès du site internet de Publication du JO) fut d’une IDIOTIE SANS ÉGALE EN MESURE !
 
Selon tout esprit logique de l’interprétation de l’article 34 du code Pénal, le tribunal doit formuler la Durée d’inéligibilité de tout condamné sinon ce dernier reste ÉLIGIBLE. C’est comme si un sénégalais lambda se faisait condamner pour un délit ou crime de 5 ans qu’il purge totalement ou pas sans que le juge ne le condamne d’une peine d’inéligibilité et lui notifie la durée d’inéligibilité, ce prévenu demeure ÉLIGIBLE. Ce qui a été le cas pour le procès en CREI du fils d’Abdoulaye Wade. Il demeure donc 100% ÉLIGIBLE qu’il ait bénéficié de “grâce” ou pas de Macky Sall qui n’a pas pu tenir à la pression populaire suite à sa condamnation parce que le gang de magistrats missionnés pour poursuivre le fils de Wade a été incapable de justifier tous les milliards dont ils l’ont accusé d’avoir détourné et ceci jusqu’à présent.
 
Sachant cela, on peut même deviner exactement comment va se passer le procès de l’affaire Khalifa Sall en cour d’appel. Le juge Demba Kandji (conscientisé des manquements de la Mafia judiciaire du palais dans la 1ère affaire), cité par Pape Alé Niang parmi les magistrats convoqués par Macky Sall au palais en décembre 2016 pour mettre en exécution le plan ourdi par Macky Sall et Tanor Dieng contre le candidat non déclaré mais incarné par Khalifa Sall, tentera de condamner ce dernier À PLUS DE 5 ANS (notez bien celà : + de 5 ANS !) pour se conformer d’une part à l’Article 34 qui dit que les prévenus concernés par la question d’inéligibilité sont ceux condamnés “À PLUS DE 5 ANS” (seulement non suffisant pour le rendre inéligible). Ainsi donc, le Juge Demba Kandji sera ainsi obligé par le palais de notifier aussi une durée d’inéligibilité à Khalifa Sall, vu que cela leur a été opposé comme manquement à l’issue du procès en correctionnel parce qu’oublié au vu de la pression sur le juge Malick Lamotte (ainsi que lors de tous les procès contre Karim Wade). Seulement, en le notifiant à Khalifa Sall, le gang de magistrats révélera plus à l’opinion son oubli de l’avoir fait pour Karim Wade. Et du coup, il y a un choix crucial à faire là-dessus. Le lui notifier ou laisser comme fait avec Karim parce que déterminant pour le combat juridique à mener par la suite ?!
 
Est-ce raisonnable qu’une peine en procès d’appel soit plus Acharnante que celle déjà prononcée au Tribunal Correctionnel ?! NON, sauf si de nouveaux éléments accablent davantage le prévenu. Seulement, l’étau est complètement desserré autour de Khalifa Sall par l’Arrêt délivré par la Cour de Justice de la CEDEAO (prioritaire sur toutes les lois du Sénégal selon le traité signé par tous les pays membres de la CEDEAI) qui a condamné l’état du Sénégal dans la phase ayant occupé l’instruction et la levée d’immunité parlementaire comme fautif pour avoir fouler à ses droits humains et ceux de ses co-accusés. Cet arrêt discrédite ainsi totalement les magistrats sénégalais ayant intervenu pour juger Khalifa Sall et ses co-accusés parce que révélant davantage leur parti-pris pour l’exécutif. On verra la suite. L’essentiel pour la sale Besogne à exécuter cette fois-ci par le Juge Demba Kandji sera de fermer à Khalifa Sall toutes les portes que lui conférerait le code Pénal pour rester ÉLIGIBLE même en restant séquestré comme lors des législatifs !
 
Mais, si la candidature de Karim Wade passe dans les filets du gang de magistrats du palais, il est inimaginable que la candidature de khalifa Sall ne passe pas, le gang de magistrats du palais fait tout avec la complicité de la DGE, de la CENA et du Président de l’Assemblée Nationale Moustapha Niass depuis le 19 Avril pour bloquer la candidature de Karim Wade en modifiant la Constitution et le Code électoral.
 
ET VIS VERSA ! La candidature de l’un entraînera forcément (par la Pression Populaire) celle de l’autre ainsi que l’élimination de la candidature de l’un entraînera plus facilement celle de la candidature de l’autre en faveur de la volonté de Macky Sall. Ce Régime de Macky Sall est HORS-LA-LOI et il finira MAL avec tous ses complices !!!
 
Ps : Le juge Demba Kandj, vous rappelez-vous de lui, c’est lui qui a été chargé de prononcer les résultats suite au Hold-up des législatives de 2017 (après leur validation par le Conseil Constitutionnel qui avait décidé qu’on puisse voter avec récépissé et ordonnances pour les primo-inscrits après demande faite par Macky Sall). Imaginez aussi que ce soit lui ou son semblable qui proclamera les résultats de des EP2019. Pensez-vous que même si Macky Sall aura perdu, il aurait l’honnêteté de le déclarer ?! Je vous dis qu’on est en train de revivre 1993.
Aboubakrine Ndiaye
Citoyen sénégalais