Résumé de l’affaire Petrotim de 2012 jusqu’à maintenant

0

Résumé de l’affaire Petrotim ayant dû échapper à certains qui ne l’ont pas suivi depuis 2014… (période d’éclatement au grand public)

L’affaire a pris une nouvelle tournure dès l’accession au pouvoir de Macky Sall en 2012 étant donné que Timis avait tenté de s’approcher aux tenors du régime de Wade dans un premier temps avec qui il a traité avant la déchéance du régime de Wade en 2012.

Pour résumer, le président de la République Macky Sall est accusé d’avoir octroyé à Timis 90% des Avoirs Pétroliers et Gaziers en le passant à une société nommée Petrotim SAU (créée en 2012 par son frère Aliou Sall devant un notaire sénégalais à Dakar) par le CC-RAPMS (Collectif Citoyen pour le Recouvrement des Avoirs Pètrooliers et Miniers du Sénégal) qui a déposé plusieurs plaintes dans divers pays concernés. Ces 90% ont été par la suite transmis à Timis Corporation en passant par deux sociétés écrans (de fumée) à savoir Petrotim Ltd et Petroasia Ltd (Ltd = Limited) qui n’existent plus depuis 2016 pour avoir été liquidées dès que leurs actionnaires déclarées et anonymes ont su que le journaliste Baba Aidara était entrain de faire des enquêtes sur celles-ci. C’est pour faire bref. C’est un procédé bien connu dans le jargon des affaires en matières de crimes dans le monde de la finance.

“Ah d’accord je vois, du coup l’Etat du Sénégal était censé disposer que des 10% le reste revient à Macky Sall par son deal passé avec Timis.” me rétorque mon jeune frère à qui j’expliquais l’histpore de cette magouille.

À qui j’ai répondu pour bien étayer le sujet que :
” Voilà sauf que Timis et ses complices n’ont pas de capacité financière pour explorer puis exploiter…. Du coup, Timis a revendu les 60% dans un 1er temps à Kosmos (Junior Pétrolier Américain qui a fait les explorations de confirmation de traces d’hydrocarbures découvertes depuis les années 1990 et consignées dans les archives de Petrosen) en s’engageant juste à financer 400 millions de dollars pour la recherche – en sous-payant aussi en CASH cette acquisition des 60% seulement à hauteur de 88 millions de dollars minimum à Timis qui détenait les 90% – qui a dû donné aux frères Sall leur part de ce deal – origine des fonds de la Banque de Dakar #BDK). L’accord officiel de cette transaction est de 200 milliards de dollars dont Ousmane SONKO réclame 90 milliards de taxe pour le fisc. Ce qui lui a valu sa Radiation de la fonction publique par le président Macky Sall entre autres scandales qu’il a dénoncés au même titre que Mme Nafy Ngom Keïta après avoir mené une enquête à la tête de l’OFNAC dont elle n’a pas eu le temps de publier parce que limogée aussi (sans mission depuis). Cette transaction dont une partie en CASH entre #Timis et #Kosmos sous la bienveillance du président de la République, a été prouvée par un expert comptable sénégalais vivant aux États-Unis. Pour rappel, Kosmos Energy avait menacé ce dernier de poursuites judiciaires s’il ne retirerait pas son fameux article publié en 2016 ni déclarait par un communiqué de renier son analyse des résultats financiers publiés par Kosmos même en tant qu’expert comptable agréé aux États-Unis. Ce dernier se nomme Alioune Gueye.

Kosmos, après avoir été sûr d’avoir estimé le potentiel des gisements des blocs Kayar Offshore et St-Louis Offshore, a vendu récemment 27,49% de ses parts à #BP et Timis 5% de ses parts à ce dernier (multinationales britannique Géant pétrolier). Ce qui répartit les actions à 32,5% pour #KosmosEnergy, 32,49% pour #BritishPetrolum (dit BP), 25% à #TimisCorporation et seulement 10% à #Petrosen du peuple sénégalais qui détenait les 100% au début et à qui appartiennent les larges des côtes où sont découverts tous ces gisements de pétrole et de gaz.

Puis récemment (01/04/2017), plusieurs plaintes ont été déposées par le CC-RAPMS contre les personnes de Macky Sall, Frank Timis, Aliou Sall, Aly Ngouille Ndiaye, Eddy Wong et contre les sociétés de certains de ces derniers (Petrotim SAU d’Aliou Sall, Timis Corporation de Frank Timis, Petrotim Ltd de Frank Timis, et Petroasia d’Eddy Wong) dans plusieurs institutions judiciaires américaines, anglaises, australiennes, onusiennes et à l’Union Africaine luttant contre la Corruption et les Fraudes dans le monde des affaires internationales. Ceci a dû faire échos et Timis a tenté de vendre les 25% qui lui restaient dans ce consortium (à l’origine de ce scandale gouvernemental). Ce scandale sur l’affaire Petrotim avait aussi engendré le fait que le gouvernement ait retiré 75% des droits d’exploration du bloc Rufisque Offshore qui étaient aussi attribués à Timis (à sa société Africa Petrolum). Nous avons appris ce 2 Mai 2017 que le ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a validé un décret de Macky Sall qui accorde les 75% de droits sur le bloc Rufisque Offshore déjà retirés à Frank Timis le tout de façon opaque.

Seulement pour valider une cession de titres, la loi du code pétrolier sénégalais prévoit dans son article 56 que le ministre de l’énergie doit Signer pour valider la transaction de cession. Par conséquent, il devrait signer la cession des 25% par #Timis, annoncée dans un 1er temps pour #BP (qui a dû être averti des plaintes) et dans un 2nd temps pour Total France (qui veut sauver ainsi la peau de son préfet larbin Macky Sall). Chose que le ministre Thierno Alassane Sall, ayant la prérogative de signer en tant que ministre de l’énergie, a catégoriquement et patriotiquement refusé de faire selon nos sources en démissionnant après avoir été supplié lors de 3 réunions au palais par Macky de ne pas démissionné. D’où cette tentative de Mackyage de cette gravissime affaire par un soit-disant décret non publié (sinon par annonce d’un communiqué non signé par Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement), limogeant le ministre de l’énergie (INÉDIT AU SÉNÉGAL) pour masquer le fait que M. Thierno Alassane Sall, conscient des risques encourus en cas de signature pour valider la transaction, ait refusé de signer l’aval de la cession des 25% par Timis par le président de la république. En tout cas, Total France ne pourra prétexter de ne pas avoir été mis au courant des magouilles dans cette affaire.

Aboubakrine Ndiaye
Citoyen sénégalais