Que vaut la parole de Patin ? par Idrissa Fall Cissé

0

Je voulais cesser toute publication jusqu’en 2018 en rapport à la gestion de l’ignoble Président de la République du Sénégal mais je ne pense pas pouvoir le “Beurgueull” aussi facilement.

En Conseil des ministres le mercredi 04 Octobre 2017 au palais de la République Patin le mytho dit : “Je vais accroître la professionnalisation de la fonction “sécurité et sûreté aéroportuaires”, je vais renforcer les personnels et les dispositifs de motivation des forces de sécurité mobilisées, et j’envisage le recours complémentaire aux sociétés privées de contrôle de sécurité, à l’image des Grands aéroports de classe mondiale. Je demande au PM de présider, in situ, au courant du mois d’octobre 2017, un conseil interministériel consacré à l’ouverture et au développement de la plateforme aéroportuaire de l’AIBD”

Je ne m’attarderai plus sur la parole de ce “Président-Politicien” qui ne vaut plus rien. Il renie à la moindre occasion, au gré de ses intérêts politiciens du moment. En matière de wax waxatt waxati waxxet Patin le mytho n’a pas d’égal… Je rappelle pour ceux qui croient toujours aux paroles de son excellence ses dix discours qui m’ont le plus marqué (négativement nak).
Je retiens en lui une personne qui ne dit jamais la vérité, loumou waxx douko def tei limouy def douko waxx. Bon bref dou nittou Dara.

*Le 13 novembre 2011 Patin le mytho dit : “le déclin de la morale et des grandes valeurs éloigne bon nombre de nos concitoyens des vertus majeures et des postures suprêmes que seule la dignité permet d’assumer dans un contexte de crise profonde. L’APR-YAAKAAR s’impose l’obligation de restituer à cette valeur cardinale de notre code d’honneur, toute sa place dans la vie sociale et dans la gestion des affaires publiques. On ne peut pas continuer à faire de la transhumance telle qu’elle se pratique, aujourd’hui parce qu’il faut mettre de l’éthique dans tout cela. Il faut que les gens reviennent aux valeurs. C’est extrêmement important parce que nous ne pourrons pas changer positivement notre pays, Si nous restons dans le ´Bul Faalé’ (je m’en foutisme) et le ´maslà’ (compromis), Où chacun peut faire ce qu’il veut, et après on se tapote l’épaule entre camarades… Je considère les transhumants comme des rats (kaña) qui quittent le navire, parce que le naufrage est imminent”

*Le 12 décembre 2011 Patin le mytho dit : “si je suis élu en 2012, je gouvernerai avec une équipe de 25 ministres au maximum. Je supprimerai les voyages en première classe des membres du gouvernement. Nous ferons des économies sur le train de vie de l’État qui permettront d’agir pour mettre fin à l’injustice sociale que subit une bonne partie de la population.”

*Le 14 juin 2012 Patin le mytho dit : “la rupture n’est pas qu’un slogan. C’est un comportement, celui que les dirigeants de ce pays doivent adopter. Humilité, sobriété et rigueur doivent régir notre action politique. Je vous assure qu’il s’agit bien là d’une rupture, profonde, avec les pratiques en vigueur sous mon prédécesseur… AVEC MOI, TOUT VA CHANGER. J’AI RENONCÉ À DEUX ANS DE POUVOIR, en ramenant le mandat présidentiel de sept à cinq ans et en m’appliquant immédiatement cette mesure, comme je m’y étais engagé. J’ai tenu, pour la première fois dans l’histoire de ce pays, à déclarer publiquement mon patrimoine, malgré les polémiques entretenues à dessein par mes adversaires. Visiblement, il vaut mieux ne rien publier et cacher son patrimoine, cela attire moins de problèmes. À la fin de mon mandat, je ferai le même exercice, et l’on pourra comparer… Les Sénégalais ont réclamé une gouvernance plus vertueuse, plus éthique. Nous avons L’OBLIGATION DE RENDRE DES COMPTES, de RÉDUIRE LE TRAIN DE VIE et les dépenses naguère somptuaires de l’État. J’ai, par exemple, pris la décision de vendre le second avion de la présidence. J’AI AUSSI TROUVÉ UN GOUVERNEMENT COMPOSÉ DE 38 MINISTRES EN ARRIVANT, ET JE L’AI RAMENÉ À 25. C’est désormais l’un des plus réduits d’Afrique, et je vous assure qu’il aurait été plus simple pour moi de distribuer plus largement les maroquins. Enfin, j’ai décidé de mettre fin à un certain nombre de projets qui n’ont que très peu d’incidence sur le développement du pays et illustrent un gaspillage de nos ressources dont les Sénégalais ne veulent plus. J’ai supprimé plus de 60 agences et directions nationales dont l’utilité n’était pas avérée. Autant de coupes qui ne vont réduire en rien l’efficacité du gouvernement et de l’administration, bien au contraire”

*En janvier 2013 Patin le mytho dit : “l’une de mes premières missions, ce n’est pas de construire des routes, des autoroutes et des ponts. La première mission est de construire un État de droit. Or, l’État de droit, ce sont des valeurs, ce sont des principes, c’est l’égalité des citoyens devant la loi, c’est la lutte farouche contre la corruption et le népotisme, c’est d’ériger le travail en dogme et que tout le monde soit convaincu que c’est par le travail que nous pouvons développer le Sénégal”

*Le 31 décembre 2014 et 2015 Patin le mytho dit : “J’ai été élu pour 7 ans. J’ai déjà engagé les réformes constitutionnelles et il y a déjà une commission que j’ai confiée au président Amadou Makhtar Mbow qui est en train de travailler sur la question. Cette commission me soumettra des propositions, parmi lesquelles la première mesure sera la réduction du mandat en cours de 7 à 5 ans”.

*Le 06 janvier 2014 Patin le mytho dit: “lorsque J’ai été élu, J’ai mis en place des conditions de réalisation du Programme Yonnu Yokkuté mais très vite, je me suis rendu compte que les très bonnes stratégies mises en place ne nous permettaient pas de faire des bonds qualitatifs pour atteindre l’émergence, et de mettre le pays dans le peloton des pays émergents, où les citoyens vivent avec des conditions décentes et avec des moyens certains”

*Le 27 mars 2014 lors de l’installation de l’OFNAC Patin Le Mytho dit : “Il convient de reconnaître que la corruption est un phénomène de société, lié au comportement humain. Le combat contre la corruption intègre, dès lors, un important volet sensibilisation/prévention pour infléchir toute velléité de corruption et renforcer au niveau de chaque citoyen, les valeurs fondamentales de la République. J’invite l’OFNAC à porter ce combat, tout en s’assurant que toute personne coupable de corruption soit traitée conformément à la loi, sans aucune autre forme de protection, quelle qu’elle soit. Les moyens y nécessaires seront mis à votre disposition pour accomplir correctement votre mission. Vous l’avez bien souligné, Madame la présidente, la corruption est factriced’inégalités et d’injustice. Elle ruine les efforts d’une nation, annihile l’excellence, menace la paix sociale et met en péril la vie et l’avenir des citoyens. La lutte contre la corruption est donc une exigence éthique, avant d’être un impératif démocratique. C’est aussi une nécessité sociale. C’est, surtout, une condition du développement. Cette lutte contre la corruption traduit une volonté forte de rompre avec l’injustice, de promouvoir la compétence et l’intégrité, de récompenser le mérite et d’optimiser l’utilisation des ressources publiques au profit du citoyen. Au demeurant, c’est un combat difficile, compte tenu des intérêts en jeu. Mais il faut le gagner. En tout état de cause, Madame la présidente, mesdames, messieurs les membres de l’OFNAC, je vous assure En tout état de cause, Madame la Présidente, mesdames, messieurs les membres de l’OFNAC, je vous assure de mon soutien indéfectible pour la réalisation de votre difficile et exaltante mission, fondée sur le sens de la responsabilitéì et du sacrifice. C’est pourquoi, je sais pouvoir compter sur chacun d’entre vous, au regard de votre compétence, de votre expérience, de votre sens élevéì de l’Etat et du bien public, que révèlent vos parcours respectifs, et qui justifient largement le choix que j’ai porté sur vos personnes.”

*Le 02 février 2015 Patin le mytho dit : “Nous l’avons dit. Le Sénégal atteindra l’autosuffisance en Riz en 2017 parce que nous connaissons la démarche. Nous connaissons les ingrédients qu’il faut mettre ensemble. Avec les producteurs de l’Anambé, les questions des intrants, du foncier et de l’aménagement ont été abordées. Sur les aménagements, ils vont passer dès fin 2016, à 5000 hectares. Avec la double culture c’est pratiquement 10.000 hectares que vous aurez. Avec un rendement de 5 tonnes (à l’hectare), pour une hypothèse a minima de 50.000 tonnes. Nous irons plus loin. Nous envisageons 15.000 autres hectares. Ce qui va à terme, projeter le bassin de l’Anambé à 20.000 hectares et donné 70.000 tonnes de riz. Ce qui est au-delà même de la consommation de la région de Kolda en riz et dans le budget de 2015, rien que pour l’Anambé l’État du Sénégal dans le budget consolidé d’investissement a mobilisé 800 millions de francs pour du matériel de culture et de récolte.”

*Le 24 décembre 2016 Patin le mytho dit : “si mon frère a été amené à être cité dans des affaires de sociétés privées, c’est parce que je lui avais justement indiqué très clairement, dès ma prise de fonctions, qu’il ne bénéficie jamais de ma part d’un décret de nomination, notamment en raison de l’histoire récente du Sénégal (Wade père et fils) et parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme. Je lui avait conseillé d’aller voir dans le privé.”

*Le 11 février 2017 à Dubaï Patin le Mytho: “quand j’ai été informé de la panne de la Machine, j’ai dit au ministre de la santé de s’en occuper en achetant de nouveaux appareils. Le ministère a un budget de plus de 100 milliards alors il n’a aucun mal à acheter une machine d’un ou de deux milliards et dans un mois vous verrez. Juste que nous ne voulons pas réparer mais nous allons acheter les machines de dernière génération comme aux USA, en France ou même ici à Abu Dabi. Nous allons acheter de nouvelles machines que nous allons mettre à disposition de nos hôpitaux comme Aristide Le Dantec quel que soit le prix que cela coûtera. Alors, de grâce, que ceux qui profitent des situations pour manipuler les gens, arrêtent. On sait ce que les populations attendent de nous et nous ferons le nécessaire”

J’avais décidé d’en énumérer dix (10) mais je ne peux passer sous silence la plus grosse arnaque de l’histoire de notre jeune nation: les conseils des ministres décentralisés. Rappelons-nous que Patin avait promis 300 milliards à Saint-Louis, 255 milliards à Kaolack, 360 milliards à Ziguinchor, 209 milliards à Diourbel, 250 milliards à Louga, 127 milliards à Matam, 200,5 milliards à Kolda, 201 milliards à Tambacounda, 109 milliards à Kédougou, 448 milliards à Thiès, 200 milliards à Sédhiou, 206,79 milliards à Kaffrine et 1800 milliards (1/3 budget) à Dakar.

Les propos, promesses et engagements de Patin ne me choquent plus mais le fait que les Sénégalais se sont prostrés dans une compromission généralisée qui ne laisse en rade aucun segment de la société me fait trop peur. Depuis l’arrivée de Patin au pouvoir personne ne s’indigne: de la magistrature aux médias, aux intellectuels, aux artistes, aux armées, aux religieux… Toutes les forces vives de la société somnolent, assoupies… On ne s’indigne de rien!

Bonne semaine

Idrissa Fall Cissé
Citoyen sénégalais
idissafall19@gmail.com

Seneleaks