Procès verbal rédigé par Mame Cheikh lors de son arrestation 1959 retraçant l’historique de la création de son parti PSS:

0

 

“À un moment donné, il y’a eu la création du Conseil Supérieur des Chefs Religieux, organisation regroupant tous les chefs spirituels du pays.
Les autorités religieuses, après une analyse détaillée de la situation voulaient combattre les communiquants qui battent en brèche les valeurs spirituelles et traditionnelles.

Lorsque le secrétaire général Cheikh Ibrahima Niass est venu au nom du conseil pour me confier le poste à l’organisation et à la jeunesse. Je lui ai dit si on veut combattre les politiciens uniquement sur le plan religieux cela devrait échouer. Je lui ai dit également que je ne refusais pas l’honneur qui m’ai fait.
Mais j’aurai aimé me donnant la liberté de créer un parti politique qui se chargerait de manier le combat sur le plan politique.
La plupart des chefs religieux me donnant raison.
Hors mis quelques uns qui tentèrent de semer la confusion. J’ai ensuite souligner le manque de réalisme de ce conseil. J’ai dit que pour la dignité et le respect de l’Islam, il faudrait faire de sorte que nos réunions se tiennent dans le calme. J’ai dit également qu’une des chances de l’Islam résidait dans la cohésion des chefs spirituels.
Ils approuvèrent tous ce point de vu qui était la position commune de tous les membres du conseil.

Étant de nature franc et ignorant les demi-mesures j’ai créé le Parti de la Solidarité Sénégalaise (PSS) et pendant la campagne électorale j’ai demandé au Général Degaule d’arbitrer les élections par les organes de la communauté.
Mais le gouvernement d’alors a eu recours à la fraude avec la complicité ouverte des fonctionnaires, d’autorités d’État transformées en agent d’exécution sous la protection des policiers et les gardes territoriaux qui ont utilisés contre nos militants des coups de cross, des bombes lacrymogènes et les grenades.
Le jour du scrutin, le parti au pouvoir a commis de nombreux crimes, et délits, meurtres dans plusieurs localités, incendies volontaires, coups et blessures, violence et voie de faits et arrestations arbitraires et séquestration de nos militants qui inaugura le 20 juin 1959 une série de massacres qui devait aboutir à mon arrestation qui s’est passé à Tivaouane.
Une provocation manifeste préparée par les responsables du parti au pouvoir est connu de tous. Une tentative d’assassinat à l’issu de laquelle j’ai échapper de justesse…. ”
Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Maktoum (prisonnier politique et d’opinion 1959)

Islam Eternel