Je préfère ma femme avec son “moussoor” ou le foulard africain

0

Moussoor ou teign pour prendre des choses lourdes sur la tete Son moussor « dan doleh » n’est pas un simple critère de beauté
Ce foulard sur sa tête sert à attenuer la lourdeur de son panier,
qui porte le poids de la famillle chaque matin sur la route du marché.

9c0e4ba93c261b59cbc7b03faaec9f6e

 

Les origines du Gele, Moussoor

Le foulard,Gele(Nigeria) ou Moussor(Sénégal)est originaire de l’Afrique de l’Ouest A l’orginie, le foulard servait tout simplement à atténuer la charge que la femme transportait souvent sur la tête et aussi protéger les cheveux des femmes contre les intempéries naturelles et/ou contre les esprits maléfiques (génies des eaux ou de la brousse). Facoh Diarra, sociologue malien à l’Institut des sciences Humaines explique que ces êtres surnaturels étaient surtout attirés par les jeunes mariées. La tête dans toutes nos cultures locales constitue la partie “supérieure” de la femme. Paradoxalement elle constitue aussi une porte d’entrée de tous les mauvais sorts qui s’abattent sur une personne. En plus de protection le foulard devenait un moyen de séduction par la manière de l’attacher. L’adresse des épouses à souligner la beauté de leurs visages fait la fierté des maris. Le foulard est un symbole de femmes accomplie., les differentes façon de l’attacher ont tous des significations differentes selon les régions, les ethnies et les cultures. Sur la situation matrimoniale de la femme on peut savoir si elle est fiancée,marié ou si elle est célibataire ou pas selon la façon dont est attaché son moussoor.

Et de très rare fois ou ce Moussoor sert aussi a porter le bébé pendant la cuisine ou les travaux champêtres de la femme

.une-jeune-maman-et-son-bebe-sur-le-chemin-de-l-eglise_visuel_diapo

 

Le foulard est devenue une accessoire indispensable dans l’habillement des femmes africaines modernes,il met leur apparence plus remarquable et plus élégante, donc , savoir comment nouer est nécessaire.

En Afrique et dans la diaspora africaine, de nombreuses femmes aiment porter le foulard pour raisons esthétique : parce que cela est tendance, pour cacher une crinière indomptée, pour une occasion particulière ou par simple envie de changement. Les femmes noires sont connues pour leur excellent port de tête et le foulard vient donc sublimer cette beauté.

La mode africaine s’impose petit à petit sur tous les continents et la nouvelle génération n’hésite plus à s’identifier avec un moussoor de plus en plus adapté aux habits de luxe et surtout le moussoor bien attaché dégage un certain style que même les occidentaux commencent à copier.

56bb9bf5-db54-4e72-a5a7-dc9f163afc61-1400x1400-2
Lupita Ndongo

Dans certaines traditions africaines, le foulard fait partie des quatre vêtements qui font la féminité :

  • Le pagne
  • Le petit pagne
  • La camisole
  • Le foulard

Le foulard permet une grande variété de styles puisqu’il donne la liberté de création dans

  • La manières de l’attacher
  • Le type de tissu (plus ou moins maniable)
  • Les motifs

On peut également laisser les cheveux ou non dépasser du foulard. Laissez libre cours à votre imagination, le foulard s’accorde à toutes les occasions.

Voici des exemples d’attaché de foulard (les plus courants)

7a30f67159aa4df2bcf5cccd5c8c78b0_18

Comme dans de nombreux pays musulmans, beaucoup de femmes (souvent mariées et d’un certain âge) se couvrent la tête. À l’image des femmes occidentales des siècles derniers qui ne sortaient jamais sans un couvre-chef, le « Moussor » des Sénégalaises fait partie intégrante de leur toilette. Mais on est bien loin du voile islamique.

C’est un bout de tissu, souvent du même imprimé que le boubou, noué autour de la tête qui défie allègrement les lois de la gravité. Autrefois, on le nouait selon son appartenance ethnique.

 

coifure-lebou-color
Coiffe lébou

Les façons de le nouer sont multiples. Chaque modèle prend un nom particulier (vous l’aurez compris, au Sénégal, on adore donner des p’tits noms, par exemple aux différents encens, petits pagnes etc). Selon la manière dont on attache les bouts, le moussor change de forme :

  • si on pose le tissu derrière la tête, on peut faire un moussor ” Marie-Claire ” en croisant devant les bouts :
  • * la ” signara ” est un moussor porté haut et pointu comme un pain de sucre;
  • * le moussor ” éventail ” se porte avec un plissé sur le côté ou devant;
  • le moussor ” teleli ” (l’oiseau ), il est constitué de deux bouts du tissu qui sortent à l’arrière;
  • le moussor ” plume de Carpot “, du nom du premier député métis pendant la colonisation, ou le moussor ” plume de Blaise Diagne”, du nom du premier député noir ayant siégé à l’Assemblée Nationale française.
  • Le moussoor Nefertiti
    Le moussoor Nefertiti

Les noms et les modes sont souvent tirés de l’actualité. Ainsi, en 1936, les femmes portaient un petit mouchoir de tête rouge qui s’appelait ” front populaire ” !

coifure-foulard-nblanc
Missor “Front Populaire”

Toujours noué de façon très recherchée, le « Moussor » a suivi l’évolution de la mode sénégalaise. Aujourd’hui, il est devenu un accessoire très hype qu’arborent autant les jeunes filles (à l’occasion de cérémonies) que les femmes plus âgées. Il sert en effet à rehausser la toilette de celle qui le porte et donne aussi une note très colorée aux cérémonies et fêtes. Il est traditionnellement confectionné dans la même étoffe que le boubou mais les tendances actuelles pour les « Moussoor » des tenues d’apparat, vont plus à l’utilisation d’étoffes différentes telles que l’organdi, la faille, la tulle et le gaze entre autres.

N’oubliez pas, vous pouvez avoir la plus belle des tenues, mais si votre tête n’est pas soignée, cela affectera tout l’habillement.Plus votre robe (ou tenue) est sophistiquée et élégante, plus votre coiffure doit se montrer à la hauteur!

L’oeil du Kethiakh

Seneleaks