Un livre pour la paix, Le mensonge est mort en Casamance, Jean Marie François BIAGUI

0

Présentation pleine d’émotion hier de 2 livres pour la paix en casamance de Jean-Marie François Biagui

1- Avis de décès Le mensonge est mort en Casamance 

2- Mademba n’est pas natif du terroir. Et Alors ? – Un plaidoyer contre l’autochtonie

 

Hulo Guilabert éditrice des livres, qui nous livra un témoignage poignant sur la cérémonie d’hier:

” Cérémonie rehaussée par la présence de magnifiques personnages tel que le colonel Abdoulaye Aziz Ndaw que j’admire tant entre autres. Plus de détails et des photos dans les heures qui viennent…

Beaucoup de témoignages poignants sur l’Auteur, sur cette crise, sur des vies sacrifiées…

Je remercie chaleureusement Jean Marie François Biagui pour la confiance qu’il nous a accordée à moi , à Ngoor Njaay (Léopold Ndiaye) pour l’édition de ses 2 ouvrages et de la très belle collaboration que nous avons depuis plusieurs mois. .
Merci Jean Marie pour ta simplicité, ton humanité…

Je voudrais dire que la Casamance a kidnappé mon cœur lorsque j’y ai habité durant mon adolescence, de par ses paysages magnifiques, l’humanité et la grande dignité des gens qui y habitent, d’ailleurs je dis souvent en plaisantant que je suis Diola pour expliquer mon attachement viscérale à cette terre, à son peuple et à sa gastronomie.

Donc, lorsque Jean Marie m’a sollicitée pour éditer ses 2 livres majeurs pour une paix durable, la cause était déjà entendue et j’étais très honorée de pouvoir contribuer de cette façon et rendre un peu ce que cette Terre m’avait donné…
Ce soir je me couche avec le sentiment du devoir accompli, c’était un de ces moments dans une vie, où on se sent utile, où on peut sentir qu’on est dans une pensée juste, une parole juste, un acte juste !
Que nos Ancêtres de notre belle Casamance nous assiste dans cette nouvelle voie offerte… Qu’elle nous mène vers la Paix et l’Unité !

Merci à tous ceux qui sont venus, officiels, particuliers et journalistes UBUNTU

LIVRE PAPIER : Avis de décès

AVIS DE DÉCÈS, Le mensonge est mort en Casamance

«Je veux que ce soit toi, et personne d’autre, qui transcrive en français mon histoire du maquis…» Ces mots étaient du fondateur de ATIKA, la branche armée du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), Sidy Badji. Il les avait prononcés en octobre 1997 devant une assistance tout acquise à sa cause, à l’intention de l’auteur (*) qui venait de le rencontrer pour la première fois dans sa résidence surveillée, à Ziguinchor. Décédé le 26 mai 2003, Sidy Badji n’avait pu réaliser son vœu avec ce dernier, qui se vit alors investi d’une mission impossible. C’est donc par dépit, faute de mieux, que l’auteur propose cette Esquisse d’une histoire de la rébellion casamançaise telle que Sidy Badji ne l’aurait pas contée, en tant que sa modeste contribution à l’écriture de quelque page de cette partie sombre de l’histoire de la Casamance, et partant du Sénégal, non sans fonder son espoir que des voix autorisées écriront un jour la véritable histoire de la rébellion casamançaise selon Sidy Badji.

photo-jmfbiagui
Jean Marie François BIAGUI

Jean Marie Francois Biagui est le président-fondateur du Mouvement pour le Fédéralisme et la Démocratie Constitutionnels (MFDC-fédéraliste) et ancien secrétaire général du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC). Ancien Élève de l’École Supérieure Internationale d’Administration des Entreprises (ESIAE) – Rhône-Alpes (du groupe ESAE & EDC Paris), son sujet de Mémoire de fin d’études s’intitule : « De la question des besoins essentiels en Afrique Noire et des problèmes relatifs au transfert de technologie ».

Clickez ici pour vous procurer les livres:  https://diasporas-noires.com/librairie-1/avis-de-deces

Hulo Guillabert, Diasporas noires

Seneleaks