Les claques distribuées par les Juges de la CEDEAO au Sénégal

0

Dieu Tout-Puissant a caché une carte dans le plan Ourdi par le président Macky Sall (locataire actuel du palais) avec 13 complices magistrats et politiques cités par le Journaliste Pape Ale Niang pour éliminer KHALIFA ABABACAR SALL de l’échiquier politique sénégalais en tant que très potentiel candidat pour succéder au président Macky Sall.

UNE SEULE CARTE : LA CDJ DE LA CEDEAO !
Et finalement, son chateau de cartes s’est écroulé comme un immeuble dynamité, avec des explosions partout et des claques servies à tous les personnalités de l’exécutif et du judiciaire (quémandant toujours une indépendance déjà entre leurs mains en principe). De Macky Sall aux membres du Conseil Constitutionnel, en passant par la DIC, le juge d’instruction (Samba Sall dit doyen des juges), le gouvernement de Macky Sall (l’arrogant Sidiki Kaba et l’apostat constitutionnaliste Ismaëla Madior Fall alias “tailleur constitutionnel” dont il se dit être fier), le procureur de Dakar (Bassirou Guèye), la 1ère chambre correctionnelle (El Hadji Malick Lamotte), la Cour d’Appel (Demba Kandji), etc., ils ont tous pris une claque de la part des Juges de la CEDEAO en lisant l’Arrêt définitif publié aujourd’hui et transmis à la Cour d’Appel.

Si Mercredi 18/07/2018, Khalifa Ababacar SALL n’est pas libéré de sa longue détention arbitraire (séquestration) comme l’ont précisé les Juges de la Cour de Justice de la CEDEAO, c’est que cela plait au peuple sénégalais qui a désormais tous les Moyens pour exiger le Respect de l’État de Droit au régime de Macky Sall. À commencer par ce dernier-même qui, paniqué par le réquisitoire surprenant et véridique du Procureur général, n’a eu aucune réponse responsable à servir au peuple qui l’attendait qu’il réagisse, sinon de menacer les opposants de poursuites en usant encore de l’arme judiciaire nommée #CREI (Cour de l’Enrichissement Illicite créé par son parrain en #FM Abdou Diouf, une Cour qui n’est obéie par aucune juridiction et NULLE PART dans le monde, même aux tribunaux français que Macky Sall a tenté d’amadouer avec son histoire de #Dessert) après 6 ans au pouvoir et à 7 mois des prochaines élections présidentielles.

C’est désormais Maintenant ou Jamais, que les magistrats concernés par cette affaire #KhalifaSall laveront eux-mêmes leur honneur et par ricochet celui de la Justice, rendue au nom du peuple ou bien ils se feront laver à grande eau plus tard par Vindict populaire de l’opinion publique et par la Communauté internationale dont celle régionale et plus tard par la Haute Cour de Justice, la CPI et toutes les juridictions compétentes y compris cette même Cour de Justice de la CEDEAO pour les poursuivre.

SI KHALIFA SALL N’EST PAS LIBRE À L’ISSUE DE CE PROCÈS D’APPEL, LA RUPTURE À UN ÉTAT DE DROIT SERA DÉFINITIVEMENT ACTÉE ET PLACE SE FERA LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE !

La Fin… a sonné !

Aboubakrine Ndiaye