Légalité des Avocats dépêchés par Paris au secours du maire de Dakar

0

C’est un des avocats de la défense, Me Doudou Ndoye, qui donne l’information à propos de la base légale des avocats dépêchés par le conseil de la mairie de Paris pour renforcer le pool d’avocats du maire de Dakar.

“Pour ne pas émettre un jugement de Pâris, retenez bien leurs noms. Jean-Pierre Mignard, Patrick Klugman, Christian Saint Palais et Pierre Stasi. Ces quatre avocats français ont écrit au juge Maguette Diop pour prendre la défense du maire de Dakar. Pour la plupart, ils ont de solides références sur les bords de la Seine pour avoir géré des dossiers à fortes résonances politico-médiatiques. Leurs cartes de visite ouvrent des portes qui donnent sur des clubs fermés.” Selon Dakaractu.

D’après les informations rassemblées sur ces avocats sont tous proches des ténors du PS français. C’est le cas de le dire pour l’ancien président Hollande et l’actuel Emmanuel Macron. Au vu de leur proximité aussi de la maire de Paris, on peut dire sans nous tromper que c’est les socialistes français tentent de voler au secours du maire de Dakar pour un procès dont le verdict est donné d’avance. Au de cela, peut-on parler d’ingérence comme le réclame le député Abdoulaye ? Peut-on que les autorités françaises ont pris part pour montrer indirectement que l’état a un penchant pour le député maire Khalifa Sall sachant que le président Macky Sall est connu pour la défense des intérêts français ? Peut-on croire aussi à une souveraineté si avec cette intervention de la France, Khalifa Sall sort relaxé de cette affaire après 9 mois de détention provisoire ? Autant de questions devant tarauder les esprits et animer la passion affichée par l’opinion sénégalaise sur ce cas, auxquelles il faudra des réponses.

INFORMATION JURIDIQUE

Convention de Coopération en matière judiciaire du 29 mars 1974

entre le Sénégal

J.O.S 1987 pages 182 et S…

et la France

J.O du 30 novembre 1976 p.6260

Chapitre VII

De l’accès aux Tribunaux

 – – – – – – – — – – – – – – — – — – –  – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

  Article 46

« Les avocats inscrits aux barreaux français pourront assister ou représenter les parties devant toutes les juridictions sénégalaises, tant au cours des mesures d’instruction qu’à l’audience, dans les mêmes conditions que les avocats inscrits aux barreaux sénégalais.

A titre de réciprocité les avocats inscrits aux barreaux sénégalais pourront assister ou représenter les parties devant toutes juridictions françaises, tant au cours des mesures d’instruction qu’à l’audience dans les mêmes conditions que les avocats inscrits aux barreaux français.

Toutefois, l’avocat qui use de la faculté d’assister ou de représenter les parties devant une juridiction de l’autre Etat devra, pour la réception de toutes notifications prévues par la loi, faire élection de domicile chez un avocat dudit Etat.

Dans le cas où un avocat éprouverait des difficultés à cet égard, le bâtonnier du barreau local désignera l’avocat de ce barreau auprès duquel l’élection de domicile serait faite. »

Information fournie par Me Doudou Ndoye

La Rédaction