Le Sénégal, troisième zone de transit de la drogue en Afrique de l’Ouest

0

Intervenant à l’émission de iRadio (90.3 FM) « Pencum Ndaw Nii » co-animée par Migui Marame Ndiaye et Seydina Aba Guèye et dont le thème portait sur « Jeunesse et drogue » , Cheikh Touré Coordonnateur de l’Onudc en Afrique de l’Ouest a fait une révélation de taille. A l’en croire, le Sénégal est le troisième pays en Afrique de l’Ouest où le trafic de drogue est très intense. Ainsi, pense-t-il, en évoquant le dernier rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, il faut que des actions concrètes soient menées par les autorités pour combattre ce fléau de trafic de drogue.

Autre invité de l’émission, l’avocat du barreau de Dakar, Me Aboubacry Barro, estime que le Sénégal est plutôt une zone de transit. Parce que, explique-t-il : « Une plaque tournante, c’est un lieu où des cartels et des négociations ont lieu mais, tel n’est pas le cas au Sénégal. Il est vrai qu’il y a certains étrangers qui apportent cette drogue mais cela ne fait pas du Sénégal une plaque tournante. Ce rapport ne tient pas en compte certaines données ». De même, l’avocat n’est pas d’accord de la proposition qu’avait faite l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan consistant à préconiser le suivi médical des usagers de la drogue au lieu de les sanctionner. « Il faut juste un équilibre entre la sanction et le suivi médical parce que le Sénégal n’a pas les moyens nécessaires en termes d’infrastructures et de fonds pour couvrir et suivre, de façon adéquates, ces délinquants. Souvent, il faut la prison pour ces jeunes puissent mesurer la portée de leur acte répréhensible », a indiqué l’avocat.

Emedia.sn