Gaz entre Sénégal et Mauritanie : Macky Sall prêt à signer un accord sans clauses fiscales ni possibilité de modification

0
Scandale : Africa Petroleum la société de Franck Timis contredit Total

Les conditions d’attribution des licences d’exploitation de Gaz et Pétrole de Cayar et Saint-Louis offshore à Timis puis à Komos Energy et BP n’ont pas fini de livrer tous leurs secrets et forfaitures de la part du président Macky Sall. Et pourtant, selon nos informations, les présidents Macky Sall et Mouhamed Ould Abdel Aziz, sous la pression des multinationales anglaise et américaine sont sur le point de signer un accord dépourvue de droits fiscaux et de renégociation des volumes de production qui leur reviendront des années durant sinon des décennies.

Il n’y a aucune précisions sur les dates exactes. Le document daté du 23/01/2018 qui est parvenu au site Seneleaks informe que les présidents homologues ont trouvé un accord définitif à signer au prochain printemps, en marge du sommet de la CEDEAI tenu à Abuja en mi-décembre. L’accord découle d’un besoin exprimé par les 2 multinationales Kosmos et BP de unifier l’exploitation des 2 gisements découverts (unitisation) de part et d’autre des 2 pays. Un accord qui, si rien ne prouve que les puits creusés côté Sénégal et côté Mauritanie communiquent, serait la plus énorme arnaque des multinationales à l’endroit du peuple sénégalais. Ceci étant donné que ce n’est pas toute la superficie entre les 2 zones de découverte (entre les puits de part et d’autres) que les 2 états avaient permis aux multinationales.

“L’absence d’accord bloque le développement du champ, au grand dam de BP et Kosmos Energy” selon notre informateur. Les présidents mairitanien et sénégalais auraient trouvé un accord qui reste secret pour la future exploitation des gisements découverts entre les 2 parties frontalières et marines des 2 pays.

La même source nous informe qu’une “délégation sénégalaise était à Nouakchott la semaine dernière pour mettre en musique le schéma
décidé par les deux présidents, qui n’avaient pas réussi à s’accorder jusqu’ici”. L’accord dit-elle ne prevoit aucune clause fiscale gouvernementale ni permet aux futurs présidents successeurs de tenter des renégociations pour augmenter les volumes de production des 2 pays.

La signature de l’accord est prévue au prochain printemps selon notre source sans savoir si le Sénégal garde toujours la possibilité d’exiger un nouveau partage au terme d’une période très courte. Le peuple sénégalais pour lequel le président Macky Sall a créé “COSPETROGAZ” pour un supposé droit à l’information ne sait absolument rien de cet fut accord tenu secret pour l’instant secret. Les députés du Sénégal doivent se saisir de cette affaire avant que le président Macky Sall ne signe encore un accord bêtisier dont l’état aura certainement d’énormes difficultés et pertes à en sortir.

Seneleaks