Football Leaks : les clauses contractuelles les plus baroques

0
Football Leaks révèle des clauses étonnantes dans certains contrats. Florilège.
Football - Football Leaks - Sergio Agüero marque avec Manchester City, l'Atlético de Madrid en profite aussi. (Reuters)Sergio Agüero marque avec Manchester City, l’Atlético de Madrid en profite aussi. (Reuters)

Mediapart rèvèle dans le cadre des Football Leaks certaines des clauses les plus étonnantes figurant dans les contrats de joueurs. En voici une sélection.

Fabio Capello se fait payer pour des matches de charité

Il faut croire que la contradiction que le commun des mortels croyait avoir décelé entre les termes “charité” et “rémunération” n’était qu’apparente. Lorsque Fabio Capello participe, à l’été 2013, à trois matches de charité organisés par Lionel Messi aux Etats-Unis, l’entraîneur italien obtient d’être payé 75 000 $ – somme ramenée par la suite à 50 000 $ (46 400 € environ) lorsque l’une des rencontres est annulée. L’histoire n’est peut-être pas que tristement anecdotique. Le consortium de journaux qui relaie Football Leaks rappelle que la justice espagnole avait ouvert une enquête sur ces matches de charité, soupçonnant un blanchiment d’argent du trafic de drogue via la billetterie.

 Roberto Firmino, partout ailleurs sauf à Arsenal

Troisième joueur le plus utilisé de Liverpool en Championnat d’Angleterre cette saison, le milieu offensif brésilien Roberto Firmino a signé comme beaucoup d’autres joueurs une clause libératoire (pratique interdite en France par les règlements de la LFP). Ce n’est pas le montant de cette clause qui étonne, malgré son niveau élevé (98 M€), mais la précision qui suit dans le contrat établi le 1er juillet 2015 : le club qui voudra acheter Roberto Firmino devra donc payer 98 M€, «si le club intéressé n’est pas Arsenal». Autrement dit : quelle que soit la somme, les Gunners ne pourront pas acheter le joueur.

 Sergio Agüero, l’Atlético touche quand il marque pour City

Les supporters n’oublient jamais un grand joueur passé par leur club, même des années plus tard. La direction financière de l’Atlético de Madrid non plus. Même plus de cinq ans après son départ du club espagnol, l’attaquant international argentin Sergio Agüero continue de rapporter de l’argent à son premier club en Europe. Une clause de son contrat avec Manchester City, négociée lors de son transfert en 2011 en Angleterre, stipule en effet que le club madrilène empochera 250 000 € à chaque fois que le “Kun” inscrira quinze buts. Selon nos calculs, cette clause a déjà été activée à dix reprises. Sergio Agüero a inscrit 154 buts avec Manchester City toutes compétitions confondues…

 Van der Vaart et Nastasic regardent leurs chaussures

On le sait, si les joueurs sont tenus de s’habiller aux couleurs de l’équipementier de leur club, ils sont libres en revanche de signer avec le chausseur de leur choix, sauf disposition contractuelle contraire. C’est le cas par exemple pour le défenseur serbe de Schalke 04 Matija Nastasic, qui est tenu par son contrat club d’enfiler des chaussures Adidas. Mais le document prévoit quand même qu’il pourra opter pour des chaussures d’autres marques… A condition que «le joueur prouve qu’il ne peut par porter d’Adidas pour des raisons médicales». Autre joueur, autre histoire de chaussures : au Betis Séville, Rafael van der Vaart, peut, lui porter les chaussures qu’il veut, «tant qu’elles ne portent pas de traces de la couleur rouge», la couleur du voisin et rival du Séville FC…

Larry Kayode, gare à l’alcootest

On comprend mieux pourquoi les contrats des joueurs peuvent compter plusieurs dizaines de pages. Celui de l’attaquant nigérian de l’Austria Vienne détaille par le menu tout ce qui lui arrivera de fâcheux s’il ne se conforme pas au volumineux règlement intérieur du club. Tous les dérapages (et les amendes afférentes) semblent avoir été anticipés, du retard à l’entraînement (500 €) au port de chaussures dans la salle de bains (100 €, 200 € en cas de récidive). On apprend aussi, entre autres, que «les joueurs ont le droit de sortir les soirs de match et le jour suivant, sans limitation». Attention, toutefois, au retour à l’entraînement : s’y présenter ivre coûtera au joueur 30% de son salaire.

Source: Médiapart

Seneleaks