F CFA : Esclavagisme monétaire en d’autres maux

0

Esclavagisme monétaire en bref en collaboration avec des contributeurs de Wikipédia assez penchés à l’idée que “Le F CFA est une BONNE monnaie à garder”

Avant tout, veuillez noter quelque part en mémoire, mes chers co-opprimés, que depuis 1945, les 16 pays de l’Afrique Noire de la zone CFA ont déposé 13’000’000 DE MILLIARDS cumulés sur leurs comptes d’opérations respectifs ouverts à la Banque de France par les autorités coloniales (pas besoin de dire “néocoloniales” puis que continuelles) en guise de “réserve de change”. Vous ne rêvez pas c’est bien 13 MILLIONS DE MILLIARDS selon le Pr Agbohou spécialiste en la matière. Je parle sous la bienveillance de M. Claude Wilfried et tout spécialiste en matière d’économie dans notre sous-région francophone malgré ou bon-gré nos langues locales.

Un peu d’histoire à retenir à mon avis comme l’alphabet de l’école coloniale et quelques définitions sur les piliers de cet esclavagisme monétaire :

[PARITE]
1/ Création du franc CFA : 26/12/1945

{Au tout début donc, le F CFA était presque 2 fois plus fort que le FF. Et cette date de 26/12/1945, année de fin de l’occupation de la France par des allemands très conquérants, confirme le fait que l’arrimage du CFA au FF leur a été inspiré par le régime allemand sous Hitler.}

2/ Dévaluation du franc français (FF) : 17/10/1948
° 1 F CFA = 2,00 FF

{Bon là, les colons avec le Général Degaulle en chef, ont décidé d’arrondir quoi le taux de change en l’augmentant de 30 centimes. C’est plutôt donc une sur-évaluation. Dévaluation y serait vue comme un abus de langage économique. Rien de spécial mais on peut ainsi comprendre pourquoi nos grand-pères et grand-mères nous disaient “avant avec seulement 2 F CFA (‘gnaarri Dërëm’), on pouvait tout faire même acheter une ration alimentaire mensuelle” (Dërëm : provenant de l’arabe “Dirhaam” pour vous signifier combien notre pays est sous-influence de la culture arabo-musulmane par métissage d’abord.)}

3/ Instauration du nouveau franc français (FRF) : 27/12/1958
° 1 F CFA = 0,02 FRF

{Donc retournement de situation 12 ans après, la monnaie est sur dévaluée. Et ce n’est plus “FF” mais “FRF” qui est devenu 100 plus fort que le F CFA. Sûrement suite à un retour d’expérience des autorités coloniales sur le système de fonctionnement économique engendré par la parité entre le FF et le F CFA durant ses 12 ans.}

4/ Dévaluation de 50 % du franc CFA : 11/01/1994
° 1 F CFA = 0,01 FRF

{Dévaluation encore 36 ans de dépendance après ! Dévaluer signifier donc baisser la Valeur considérée d’une chose. Cela signifie donc que le “FRF” baissa sa valeur de 50% par rapport au F CFA. Et je pense que toutes les générations des années 1980 et celles d’avant se rappellent des conséquences de cette clameur “dévaluation” dans tous les pays africains de la zone CFA qu’on attendait partout avec inquiétude. Tout cela, sans jamais qu’on nous explique la signification dans les écoles ni même donner les raisons dans les universités enseignant même les sciences économiques en Afrique. Tous les prix étaient subitement doublés du jour au lendemain en tout cas, sans aucune mesure atténuante pour cette application dans les échanges dits informels sinon un sentiment de “Prenons notre mal en patience”, le sentiment que j’ai pu décrocher du visage de ma chère mère. Je ne l’oublierai jamais. C’était BOUM d’un coup et une intimation de l’ordre coloniale de “Ne pleurer pas mais surtout la Fermer aussi !. Abdou Diouf ancien président sénégalais ne me reniera pas !”)}.

5/ Arrimage du franc CFA à l’euro : 01/01/1999
° 1 € = 655,957 F CFA

{Les pays d’Europe ayant décidé de s’assembler dans le but d’être plus fort créent l’Union Européenne ainsi qu’une monnaie unique pour tous leurs pays. La conséquence de ce nouveau taux de conversion pour les africains de la zone CFA, dont on leur a rien demandé, fut nulle en théorie sinon de tenir compte de cette décision. Point barre ! Mais en pratique, toutes les difficultés et crises économiques vécues par l’Euro sont en réalité multipliées par 657,957 FOIS !. Là, je mets au défi tout expert économiste de me prouver le contraire ! Conséquence principales : Barça ou Barzaq au Sénégal, immigration de jeunes des pays de la zone CFA à pieds en passant le désert lybien, mauritanien ou algérien avec des milliers sinon des millions de morts dans le déser et la méditérannée qui en sont devenus des Cimetières à ciel ouvert, etc.)}

[CONVERTIBILITE]
1° Garantie en euro par le Trésor français pour le F CFA

{En d’autres mots, les autorités françaises disent aux africains par ce concept, nous restons VOTRE PATERNEL malgré la dislocation de l’empire coloniale puisque devenue ingérable à l’époque par attribution d’indépendance ILLUSOIRE au divers territoires colonisés.}

 

2° Convertibilité possible en devises à travers le marché des changes de Paris, avec l’euro comme étalon

{Admirez ainsi la signification de l’arrimage pour le tortionnaire esclavagiste et colonialiste par le fait d’attacher une corde aux pieds de son esclave (F CFA) à la monture de son étalon (EURO) pour voyager dans le temps. Cela dure depuis 1945, l’année de la nouvelle aventure après l’esclavage et la colonisation !}

3° Liberté des transferts au sein de chaque union monétaire

{En résumé, les autorités françaises autorisent toutefois aux pays africains d’échanger au sein de chacune des unions monétaires établies pour ces derniers (UEMOA et CEMAC). Je n’ai jamais pu comprendre pourquoi “2 unions monétaires à part”. Nos experts en la matière et économistes sauront nous l’expliquer peut-être ?!}

4° Mesure de suspension de rachat des billets de banque CFA entrée en vigueur le 2 août 1993. Auparavant, et ce jusqu’au 1er août 1993, la convertibilité des billets était libre et illimitée aux guichets de la banque de France.

{Là je ne sais pas trop le concept. Mais je pense que les autorités coloniales ont décidé de ne plus avoir à gérer des monnaies CFA en espèces en France. Donc ce qui voudrait dire qu’aucun pays africain n’est autorisé à venir à la Banque de France pour demander qu’on lui rachète reprennent des CFA en échange de la monnaie locale à l’époque le “FRF”.}

5° Mesure de suspension de rachat des billets CFA entre la zone UMOA et la zone CEMAC à compter de septembre 1993.

{Ce qui est le plus exaspérant dans ce système esclavagiste monétaire, c’est aussi cette interdiction aux pays des 2 unions monétaires établies par la France pour les pays africains, de faire des échanges entre eux sans convertir d’abord en EURO les “monnaies” CFA qu’elles utilisent de part et d’autres qui ont des différentes même si équivalentes en principe.}

Ps : N’est-ce pas VIOLENT tout ça. Quel africain se sentirait libre après avoir compris comment fonctionne tout ceci ?!

Aboubakrine Ndiaye
Citoyen sénégalais
Pour “Plûmes Patriotiques”