Donald Trump va-t-il rouvrir l’enquête sur le 11-Septembre ?

0
Le 11 septembre 2011 a eu des conséquences majeures. Pourtant la version officielle ne tient pas la route. Saura-t-on un jour ce qui s'est réellement passé ?

Le 11 septembre 2001 a marqué au fer rouge ce début de 21e siècle. Un événement rempli d’incohérences, une version officielle qui ne tient pas la route un instant, des guerres successives au Moyen-Orient, ainsi que des centaines de milliers de morts. Tel est le bilan provisoire de l’après 11 septembre 2001. 

Bien entendu, au-delà de l’aspect spectaculaire de cet événement surmédiatisé, c’est surtout l’enquête menée par le gouvernement qui fait l’objet de sérieux débats. De nombreuses familles de victimes, scientifiques et acteurs de la société civile mettent en doute la méthodologie, les conclusions, les intérêts sous-jacents et autres facteurs qui font de cette enquête une parodie du genre.

Alors que cette affaire est toujours criblée de zones d’ombres, le président élu, Donald Trump, pourrait demander la réouverture de l’enquête.

Comme l’explique le DailyStar, le milliardaire président a déclaré lors d’un rassemblement républicain à Henrico County, en Virginie, vouloir lancer une nouvelle enquête sur les événements du 11 septembre 2001.

Il affirme que l’attentat commis, paraît-il, par Al-Qaïda n’a pas bénéficié d’une enquête digne de ce nom.

À la question sur les mesures qu’il entend mettre en œuvre pour éviter que des événements similaires se reproduisent, Trump répond : 

“Avant toute chose, l’enquête officielle sur le 11 septembre est un foutoir sans nom ; il faut rouvrir ce dossier.”

Le président élu a d’ailleurs relevé un élément inexpliqué (sauf par notre valeureux journaliste-physicien Laurent Joffrin (Nouvel Obs, Libération…) qui a une théorie tout à fait limpide à ce sujet) concernant ce jour si déterminant du début du 21e siècle :

Comment deux avions ont-ils pu faire tomber trois tours le même jour ? Je n’ai jamais compris pourquoi la destruction du WTC 7 n’est pas mentionnée dans les 585 pages de l’enquête officielle…

Trump a également critiqué George W. Bush, président au moment des faits, pour ne pas avoir appliqué de sanctions contre l’Arabie saoudite alors que les 19 pirates de l’air étaient originaires de la pétromonarchie wahhabite.

« Les Étasuniens ont le droit d’obtenir des réponses, et si je suis élu, je demanderai clairement une nouvelle enquête afin que cette horrible tragédie ne se reproduise jamais », avait tonné Trump, alors candidat Républicain.

Donald Trump ayant fait de nombreuses promesses électorales au cours de sa campagne, il apparaît bien difficile de prévoir lesquelles seront tenues.

Le panorama des dirigeants nationaux semble peu enclin à rouvrir cette enquête, à l’exception de certains gouverneurs, comme Bob Graham, anciennement en poste en Floride : « Pendant des années, j’ai lutté pour que le rapport d’enquête du SSCI de 2002 sur le 11-Septembre soit rendu public. En vain. Ces pages manquantes mettent clairement en évidence une implication directe du gouvernement saoudien. Pourquoi tout ce secret ? Qui profite de cette situation ? »

En raison d’une clause d’exception au Freedom of Information Act [loi sur la liberté d’information des citoyens, ndlr], les documents relatifs à cette enquête publiée en 2002 ont été fortement expurgés. Dans les 28 pages publiées, le gouvernement saoudien affirme ne pas être responsable d’un quelconque soutien ou financement à ces attaques.

Le gouverneur Bob Graham ajoute :

“J’ai lu ces documents, et si le peuple étasunien savait ce qu’ils contiennent, c’est une révolution qui aurait lieu le lendemain dans les rues de tout le pays. Les Étasuniens ont le droit de connaître la vérité.”

En l’absence d’enquête digne de ce nom et en raison des nombreux éléments troublants de ce dossier, les soi-disant « théories du complot » ont pullulé sur Internet, tandis que les « théories de la coïncidence », elles, sont communément admises comme vraies par la presse de régime.

Fabio Coelho
Source : CROA