ALERTE ROUGE : D’un État clanique—illustration par une licence de téléphonie Indelicate !

0

Dans mes années d’études à l’Institut francais de presse, Université Assas-Paris 2, au début des années 1980, l’un des grands sujets qui faisait débat en France, au delà de la révision du Code de la presse française de 1881, c’etait qu’il fallait empêcher la concentration des médias entre quelques mains, qui représentaient des intérêts particuliers, parfois invisibles. C’etait, disait-on, un grand danger pour la démocratie française. La crainte était alors de voir Robert Hersant, un collaborateur des nazis, et déjà propriétaire de grands titres, comme Le Figaro, faire main basse sur d’autres organes de presse. Ce faisant, il pouvait empêcher la libre expression des idées plurielles, surtout celles qui ne convenaient pas à son idéologie droitière. C’est ainsi que fut votée une loi anti-concentration (Loi Filloux, du nom du premier de la communication de Francois Mitterrand). Cette legislation freina la boulimie de Hersant. On lui doit cette presse diversifiée encore à l’œuvre en France…
Aux Etats-unis, aussi, avec l’émergence de l’industrie pétrolière, il a fallu l’adoption d’une Loi Anti-Trust, en 1890, à travers le Sherman Anti-Trust Act, pour freiner et démanteler l’empire Rockefeller qui avait presque fini d’avoir un monopole sur le pétrole américain.
Ces deux exemples auraient dû servir d’exemple à un pays comme le notre.
Or, en lieu et place, voilà que l’Artp, l’Agence de regulation des télécommunications, attribue une licence de téléphonie mobile au gourmand Youssou Ndour (un Ami dont j’aime pourtant la musique), à Mbackyou Faye (qui doit être poursuivi en justice pour les terres qui lui ont été données par Wade dans des conditions illégales) et a El Hadji Ndiaye (sans doute un talentueux manager de sa chaîne de télé 2S TV mais qui ne doit avoir été choisi que parce qu’il avait râlé contre le (fumeux et corruptogene) Contan et son excroissance, Excaf, il y a deux ans).
Au total, il faut annuler cette licence de téléphonie mobile. Trop, c’est trop. Il ne s’agit ni plus ni moins que de mettre de l’égalité et de l’équité dans la distribution des marches d’Etat au Sénégal au nom de la préservation de la démocratie et d’une certaine éthique.
Ce contrat de téléphonie mobile est indécent. Le peuple, les partis politiques et les instances de regulation, et Macky Sall en premier, sans oublier nos partenaires au développent, doivent le casser. Le gouvernement est averti: sa volonté de fabriquer des oligarques paresseux, non méritants, insulte la culture du mérite sans laquelle notre pays ne connaîtra pas la malediction que dans le domaine des hydrocarbures. Celui des télécoms où l’on gagne de l’argent sans coup férir encourage la facilité politicienne, voire mafieuse. Elle court-circuite la démocratie dans ce pays, en la vénalisant encore plus.
Macky Sall, lou eupp tourou, assez de ce partage entre gangsters coalisés de nos biens et avoirs. Assez de ce capitalisme tropical, criminel. Assez de ce capitalisme si prévisible par ses micmacs, au seul profit des mêmes, une bande d’affairistes (en mode PpP) qui a capturé un État desormais au seul service de clans et individus loin d’être soucieux de l’intérêt général. Wassalam !

PS: Je reviendrai sur la capitulation indigne des pays Africains, dont le Sénégal, dans la crise autour du Qatar, devant l’Arabie Saoudite, elle-meme un gadget du loufoque Donald Trump ! Si c’est pour lutter contre les parrains du terrorisme religieux, les deux Etats petro-gaziers du Golfe sont à mettre dans le même papier, celui des coupables à traiter sur un pied d’égalité…

Adama Gaye